3 consignes simples pour rendre votre chien / chiot propre !

Mis à jour : mai 11

S’il y a une chose, une seule, sur laquelle tous les gardiens de chiens sont d’accord, c’est celle-là : c’est quand même vachement mieux quand ils sont propres.


Mais lorsque l'on commence à rechercher comment s’y prendre pour rendre son chien propre, il est facile de se noyer dans la marée d’information, bonne et moins bonne, qui nous est offerte par internet, nos amis, la tante du voisin qui a eu un chien il y a 15 ans …


La technique est pourtant hyper simple, je vais vous l’expliquer. Elle consiste en 3 actions à prendre. Mais avant de se lancer dans les détails de la stratégie, il y a une question que vous vous posez probablement :



Est-ce que ça va fonctionner sur MON chien ?


Pour y répondre, il faut regarder la situation objectivement et voir dans quelle catégorie votre chien rentre :

A. C’est un chien qui a toujours été propre, et qui subitement ne l’est plus.

B. C’est un chien qui est propre la plupart du temps, SAUF dans certains contextes spécifiques.

C. Tous les autres chiens.


C’est moins facile qu’on le pense, car on a tous tendance à interpréter les actions de nos animaux, et celle-ci ne fait pas exception !


L’astuce des pros : essayez de lire les catégories à voix haute, et après chacune de décider si c’est une vérité ou non. Si oui, avancez dans l’article. Si non, lisez la suivante. Cela vous fera passer de “Mon chien n’est pas content quand mon voisin vient souper, donc il a uriné.” à “Mon chien est propre la plupart du temps sauf quand mon voisin vient souper .” Et voilà, catégorie B, facile non ?


A. Accès soudain de malpropreté : pas de temps à perdre


Si votre chien a toujours été globalement propre, et d’un seul coup a des accidents, je n’ai qu’une seule recommandation : consultez votre vétérinaire. Et oui, la malpropreté est beaucoup plus souvent qu’on le croit le symptôme d’un problème de santé ! Et personne n’est mieux placé pour parler santé que votre équipe vétérinaire. La stratégie de cet article ne s’adresse donc pas à vous, ou en tous cas pas avant que votre vétérinaire vous ait confirmé que la santé de votre chien est #1. Alors éteignez-moi cet ordinateur et allez prendre un rendez-vous, hop hop !



B. Il est propre, en tout temps, sauf...


Si le chien est globalement propre sauf dans une situation, c'est souvent la situation qu'il faut travailler. Je m’explique : si votre chien est propre sauf dans sa


cage, où il urine et "redécore", il y a fort à parier que vous avez un problème de peur de la cage, pas de propreté. Un autre exemple : si votre chien se retient très bien lorsque vous êtes présent mais urine sur le tapis 5 minutes après que vous soyez sorti de la maison, c’est aussi un red flag sur un problème lié à l’absence plus que sur sa propreté. Vous me suivez ? Dans ces cas-là, il est généralement utile de commencer une conversation avec un éducateur canin compétent, afin de cibler le problème et de vous faire guider pour sa résolution.


C. Tous les autres


Finalement, on y arrive. Tous les autres chiens apprendront à être propre avec la stratégie classique-de-base-toute-simple qui va suivre. Pas besoin de réinventer la roue : que votre chien soit un chiot, un adulte qui n’a jamais trop appris à être propre, un chien qui a toujours vécu dehors, un chien ado en rechute de propreté, un ancien d’usine à chiot … cet article est pour vous !




Concrètement, comment on fait ?


Bon, la partie croustillante maintenant ! (on peut écrire ça dans un article sur la propreté ? Bah, tant pis). Dans la vraie vie, le protocole pour rendre un chien propre est très simple. Ça ne veut pas dire que c’est plaisant à faire, ou que ça ne demande pas d’effort, attention ! Alors, voilà les 3 points clé à respecter pour mettre votre chien propre :


1.Plus de surveillance qu’un faucon au dessus d’un lapin



Je n’y connais pas grand chose en faucons, mais je trouvais ça parlant. Il faudra avoir les yeux rivés sur votre chien, tel un chat sur un pointeur laser, telle une ado sur son premier crush en classe, telle moi sur le dernier yaourt du frigo... bref, vous voyez le concept. Si vous n’êtes pas activement en train de l’observer, vous savez au minimum dans quelle pièce il se trouve et à quoi il est occupé.


Je vous avais avertis : simple mais fastidieux.



Il existe par contre plusieurs façon de contourner ces efforts, qui consistent à occuper votre chien. Par exemple, si je ne peux pas m’occuper de mon chien pour la prochaine heure, je lui donne un repas dans un jouet interactif qu’il met environ une heure à manger, dans la même pièce que moi. De cette façon, je peux assumer pleinement mon rôle de madame-contrôlante tout en continuant de vous écrire des articles. Bon, maintenant qu’on a mis en place une surveillance digne d’Alcatraz, qu’est-ce qu’on fait ?


2. On chronomètre, on note, puis on prend des décisions !


Comme si ce n’était pas assez de surveiller le chien, vous allez aussi prendre en note ses succès (pipi dehors) et échecs (cadeau dans la cuisine). Vous n’êtes pas obligés de raconter cette partie de votre journée à vos amis, n’empêche que c’est ce qui assurera votre réussite. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous allez baser vos décisions sur la réalité, et non pas des estimations. Voici comment on procède :


  • Si votre chien montre des signes d’envie de faire ses besoins, on l’emmène dehors et on note l’heure. Ça vous donnera une idée de ses habitudes actuelles : notre point de départ. Pour notre exemple, on dira que le chien a besoin toutes les heures et demie.

  • Lorsqu’il rentre de sa sortie (et qu’il a fait dehors), il peut être en “surveillance minimale” pendant cette période de 1h30 : on sait qu’il n’aura probablement pas envie tout de suite. Je vous conseille de vous mettre une alarme pour ne pas l’oublier ! Après 1h30, vous avez le choix : soit on le sort à nouveau, et on repart pour un tour, soit on “pousse” un peu. On peut par exemple donner un jouet interactif ou un os, pour l'occuper et lui faire atteindre 2h, puis sortir.

  • Lorsque vous aurez une routine parfaite sans accident depuis plusieurs jours, où la période de “retenue” à été montée à 2h plusieurs fois par jour, vous pouvez supposer que votre chien peut maintenant se retenir 2h ! Devinez ce qui vient ensuite ? On recommence en visant 3h, et ainsi de suite ! Si vous avez monté le temps, mais que finalement vous pensez avoir avancé trop tôt, revenez sur vos pas et consolidez vos bases.


L’astuce des pros : votre chien a encore plus de chances d’avoir envie juste après avoir mangé, bu, dormi et joué. Pensez à le sortir à chaque fois !


Bonus : téléchargez gratuitement votre grille de suivi de la propreté !


Grille de suivi propreté
.pdf
Download PDF • 3.87MB

3. Bien réagir, pour mettre toutes les chances de notre côté


La dernière partie de notre stratégie consiste à savoir quoi faire en cas de succès ou d’accident. Et à ce sujet, je peux vous dire que j’ai entendu des dizaines de conseils différents, certains vraiment farfelus !



Alors qu’en fait, c’est très basique :



  • Si mon chien fait ses besoins dans un endroit qui me plaît, je le récompense. Ça veut aussi dire qu’il faudra toujours être présent quand votre chien fait ses besoin, car il faudra le récompenser à chaque fois. Donc par exemple, si vous envoyez le chien dans la cour pour le dernier pipi du soir, il faut sortir avec lui pour pouvoir 1. vérifier s’il l’a fait (rappel : mère contrôlante etc) et 2. le récompenser immédiatement.




  • Si mon chien a un accident ailleurs que l’endroit qui me plait, je nettoie avec un produit adapté et je ne fais rien d’autre. Rien d’autre ???? Non, rien d’autre. Gronder le chien, lui exprimer votre mécontentement, gronder le pipi (je vous promets que je l’ai déjà entendu), ne pas ramasser devant lui, … tous ces conseils sont au mieux inutiles, et au pire dangereux ! En effet, ils pourraient créer de la peur chez votre chien, qui n’oserait alors plus faire devant vous. Et là, on s’embarque dans un autre problème bien moins simple, je vous le dis.

Par contre, un accident vous donne de l'information : votre système de surveillance a une faille, et c’est votre rôle de la trouver et de la réparer. “Est-ce qu’elle vient de dire que mon chien a uriné dans ma cuisine par MA faute ?!”. Oui, un petit peu. Mais comme pour votre chien, soyez indulgent avec-vous même, on a tous besoin de pratique pour devenir performant !


L’astuce des pros : assurez-vous d’avoir “sécurisé” le chien avant de nettoyer. Demandez à un membre de la famille de l’occuper, par exemple. Pourquoi ? Il n’y a pas plus frustrant que de nettoyer un pipi pendant que bébéchien marche joyeusement dedans pour ensuite courir partout, vous sauter dessus… bref, vous voyez le tableau.



Si c’est si facile, pourquoi est-ce que tout le monde s’inquiète autant avec la propreté ?


Je vous l’accorde, il y a des petites exceptions. Le concept de base surveillance-chronomètre-récompense s’applique à tous les chiens qui n’ont pas appris à être propres, mais c’est clair qu’ils n’évolueront pas tous au même rythme.


Par exemple, les chiots auront une limite de temps car leur corps n’est pas encore prêt à se retenir autant qu’un adulte ! On conseille généralement de respecter la limite du nombre de mois +1. Par exemple pour un chiot de 4 mois, on poussera jusqu’à 5h maximum.


Et puis, ce sont des êtres vivants qui vivent tous dans les maisons et avec des familles différentes. Il se peut donc que chacun doive adapter le plan à son foyer, et c’est là que des erreurs stratégiques peuvent se glisser. C’est normal, et il suffit de réfléchir à la situation pour la réajuster par la suite.


Parfois, on n’a pas assez de recul et il peut être utile d’aller consulter un éducateur canin pour se faire écrire un plan d’action concret applicable à VOTRE situation. Il n’y a aucun mal à ça, nous sommes là exactement pour ça !


Pour vous aider, je vous prépare un article sur les Questions fréquentes sur la propreté.


À vous de jouer maintenant !

229 vues

©2020 by La Patte Blanche - Comportement animal.